22 septembre 2006

Forêt du temps

Bien des siècles, bien des ondes auront passé nus et noirs aussi noirs que la nuit mon égale Au creux des forêts nul ne connaît l'étendue de la lumière Entre les arbres . corinne cornec orieska
Posté par corinne cornec à 22:10 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

15 septembre 2006

Lèvres noyées (hommage à Jean Cocteau)

On entre en soi comme on plonge Au miroir des songes à tâtons Puis entièrement pour savoir Savoir ce qui est roi savoir ce que l’on croit Et l’on boit sur la main du poète les mots imaginaires … . corinne cornec orieska
Posté par corinne cornec à 04:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 septembre 2006

Je n'envie rien au monde

Azurée de songes Petite robe défleurie d’espace de soleils Sourires bleus d’éternité hématomes d’ entre les jours je n’envie rien au monde . corinne cornec orieska
Posté par corinne cornec à 21:06 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
14 septembre 2006

La saison du vide

Un rouge-gorge sautillant dans la neige les cerisiers soudain sont en fleurs Caresse du vent … Entre nos paumes serrées d’existence les feuilles mordorées papillonnant d’automne La bruine silencieuse abreuve un arbre mort Les soleils sont éteints d’orangés horizons Le chant de nos sirènes la mélodie du jour le cri de nos tambours la nuit de ton retour Je n’attends rien des beaux jours … . corinne cornec orieska ... [Lire la suite]
Posté par corinne cornec à 20:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
11 septembre 2006

J'écris ...

J’aurai les yeux au fond des tiens tu y lirais « j’écris toujours , c’est une promesse » j’aurai les yeux au fond des tiens et nous  dirions « c’est évident, c’est nécessaire » J’écris modestement sur la peau d’un vieil arbre j’attends en écrivant que ce vieil arbre pousse j’écris au fond des yeux tes yeux ne sont pas clos dedans il y a la mer elle chante racle les rochers du monde et de nos rêves J’écris j’écris que rien de... [Lire la suite]
Posté par corinne cornec à 23:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
10 septembre 2006

J'ai marché dans les circonvolutions de notre imaginaire ...

J'ai dicté dans la nuitles notes d'un abîmeles vautours même me l'ont permisRien ne me craint plus aujourd'huimoi qui ne crains que la vieLe ventla merle silence seul m'interroge et m'enterreDans la marge brève de l'existencece cri du bord des osqui craquentet se blessent sans moi à présentce gouffre longces promessesun rire au bout des lèvresbleues. Bleues comme les fleurs que je regarde à la fenêtre de mes yeux bleue comme la mort qui vous aime et vous dit de dire "adieu"Bleu... [Lire la suite]
Posté par corinne cornec à 20:13 - - Commentaires [2] - Permalien [#]