11 novembre 2008

Une journée de novembre à la guerre

. Profondeur des portraits gravés . De cette guerre . Il fait froid . Supplice des pieds macérés, pourrissant de pourriture . L'odeur  des bêtes, forestière . L’âme infestée d'égouts . Ainsi soient-elles, les choses de la mort. . CCO 11/11/2008
Posté par corinne cornec à 19:13 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

24 avril 2007

Ceci est leur sang

Pauvres gars enfonçant leurs pas et leurs armes à travers la neige et les gens Les entendez-vous ... HURLER  Les voyez-vous  ... PLEURER TOUCHEZ  ! Leur vomi est ce qu’il reste d’eux GOÛTEZ ! Ceci est leur sang Ces pauvres gars qui pourriront dans les tranchées en herbe du printemps Les savez-vous mourir ? . . corinne cornec orieska 24 avril 2007
Posté par corinne cornec à 19:50 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
14 janvier 2007

Exhumation

A Villejuif les trottoirs sont petits les pavés inégaux « Au joyeux bouliste » pépé servait les vieux Ils sont là toujours boivent un dernier coup Le cimetière est ouvert entre huit et dix sept il fait si calme entre les fleurs Ma tombe est vide Il reste la pierre il reste le silence L’air simple entre tous ces lits . corinne cornec orieska
Posté par corinne cornec à 18:38 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
22 septembre 2006

Rivière

Je n'ai d'yeux qu'une rivièrede longues tables grisesj'y pose quelques caillouxque le vent ne les envoleque le temps ne les faneAu cimetièreje n'ai d'yeux qu'une rivièrede longues tables grises ...de longues tables grises . corinne cornec orieska 
Posté par corinne cornec à 21:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 septembre 2006

A présent

J’émousse les fleurs du soir dans tes yeux de printemps. Vois-tu j’ai le visage océan la bouche écume Et si mon rire est gelé c’est qu’il adhère aux lèvres closes . corinne cornec orieska
Posté par corinne cornec à 22:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
20 septembre 2006

Angoisse

Angoisse. Je respire à l’intérieur du ventdeviens le mécanisme de son souffle son videTe dire adieu … ? Je ne sais vers où je m’évaporeje vais  me répandre devant ces inconnusqui pensent déjà                                           « le pauvre, ça y est, il va mourir »Je ne vois plus ceux que j’aimec’est plus facile pour les quitterVous m’enterrerezdans un petit coin Je l’aime... [Lire la suite]
Posté par corinne cornec à 14:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
13 septembre 2006

Tu signes doucement le silence

Rayon de lune source de janvier L’hélice du temps a broyé les saisons L’abricotier est  en fleurs ses fruits tomberont  sur ton visage tes yeux clos Muguet de la nuit s’ouvrant canne-épée de la lumière élucident lentement ton nom … . corinne cornec orieska
Posté par corinne cornec à 17:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
10 septembre 2006

La vie m'oblige

Ma mort est un pays. Libre je m'y rends. Je m'y vomis. Rien ne me regarde. Je ne regarde plus. Ni même le soleil qui se brûle à mon dos ni même la nuit quand elle aime de tout son bleu.Les fleurs effleureront mes heuresle temps n'a plus d'audaceJe me dirais que c'est toiqui m'offre un premier bouquetcette rosesimple et sauvageTe souviens tu comme elle est belle...elle nous enivre encoreLa mort est ma poubelle. J'y verse mon pus.Dans la nuit bleue intenseje goûte les étoileset m'enfoncejusqu'à la garde de mon cœur. . ... [Lire la suite]
Posté par corinne cornec à 22:03 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
10 septembre 2006

Mourir vers toi

Je suis là clouée sur le dos des rivières Flottant comme une ombre à goûter les étoiles et bercer ton visage jusqu’au lit de la mort le regard grand ouvert figé de ton absence Je te regarde encore . corinne cornec orieska
Posté par corinne cornec à 20:46 - - Commentaires [1] - Permalien [#]