Que saurais-je de demain

L’ultime ivresse de l’instant ?

Que saurais-je des fleuves qui coulent l’eau

Jamais la même ?

Que saurais-je du vent

Que saurais-je du sable, de la dune

De ces déserts qui me construisent au fond des yeux ?

Que saurais-je du printemps

Des floraisons intimes

Que saurais-je de toi

Du chagrin des joies perdues ou offertes

Que saurais-je de la nuit, d’une étoile ou du néant

Que saurais-je de la lune

De ses éclats de terre silencieux

Que saurais-je

Des jours à vivre ou à renaître ?

.

corinne cornec orieska