L'amphore de tes mains

mailles ininterrompues

qui me tissent

où je bois

Echappée belle des nuages

je n'ai plus rien à craindre

tant ces pas dans l'ombre qui me suit

fleurissent

près de moi.

corinne cornec orieska