Les vents me poliront.

Avez-vous perçu le cri de la mer ?

Tout près de mon grand large

les vents se rencontrent

Mon cerveau se ferme

le silence gronde

métallique des flots qui se redressent

le vent me rend sourde

et si je t’aimais ?

La mer applaudit

les fougères dansent d’elles mêmes

.

corinne cornec orieska