Empaumures

d’arbres silencieux

Ô mains désespérées

arrachant la brume

de novembre

Sable épousé

de doigts d’ivresse

inonde

mes jours

de pluie

.

corinne cornec orieska