16 septembre 2006

Le sein de mes nuits blanches

Une faille entre les lèvres ton cœur est bleu. Il pleut la nuit dans tes yeux beiges Où sont allées les marguerites ? Nos mains défroncent les jours Au fond du puits l’humidité me lèche Le printemps n’a plus d’esclave quand les galets doucement me rongent . corinne cornec orieska
Posté par corinne cornec à 20:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]