Les arbres tracent dans la nuit
les mots rêvés sur des feuilles blanches

Les songes articulés d'horizons
brûlent les regards
quand la nuit hurle les amants


Mon souffle est une buée blanche


Coquille vide du bord de mer
sauvage impression d'entre les mondes

Les murs en pierre sont brûlants
mes mains n'effleurent plus les tiennes
lorsque la nuit signe la nuit
quand dans la nuit les amants s'aiment


quand le silence est mon silence

.

corinne cornec orieska